Pour l'amour d'une rose

{showcomments}
Dès que je la vis, elle m'envoûta,
Son doux parfum de rose me grisa.
Comme un enfant, je m'approchai d'elle,
J'étais ému de la voir si belle.

Mon cœur dansait tel un jeune cabri,
Eperdument, d'elle, il s'était épris.
Un grand bonheur inonda le jardin,
Brume d'amour pour unir deux destins.

Elle m'attendait, indicible moment,
La princesse, aux habits de printemps.
Son visage était mouillé de rosée,
Perles de vie sur sa peau satinée.

Qu'elle était sublime ma maîtresse,
Corps abandonné sous mes caresses !
Qu'il était beau ce matin de douceur,
Quand, avec elle, je devenais rêveur.

Depuis ce jour béni d'un mois de mai
J'attends, saison après saison, mon aimée.
Chaque année, près d'elle, je me repose,
Plein de baisers, sur son corps, je pose.

Elle est reine dans mon jardin fleuri,
Tout à la fois magie et féerie.
Sur elle, je confonds mon existence,
Nos vies ne sont-elles pas ressemblance ?

Demain, je reviendrai au rendez-vous,
Tel un galant amoureusement fou.
Ma rose, sans fin, je courtiserai
Sa peau de velours, je caresserai.

Un jour, tout doucement, elle partira,
Pour la longue nuit, elle s'endormira.
Plus tard, là-haut, je la retrouverai,
A ma rose, d'amour, je parlerai.



Marc Ganry

Illustration : Elle est belle n'est-ce-pas ?


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir