L'argent, l'opulence, la vie.
Un voyage. Destination
New York, Tokyo, Sidney, Paris,
Vive la grande évasion.

Prendre l'avion, le paquebot,
Payer d'avance en dollars,
Champagne et caviar à gogo,
Sur la piste attend la star.

Le soleil est couleur de l'or,
Le Concorde est magique,
Le bel oiseau montre son corps,
Fierté du supersonique.

Côté hublot, Monsieur rêve,
Le milliardaire est heureux,
Il voit l'avion qui s'élève,
Bientôt, il sera à Mac deux.

Madame colore ses joues,
Le fond de teint lui va si bien,
Elle admire tous ses bijoux,
Emeraudes, diamants, or fin.

Soudain, un très fort tremblement,
Concorde retient sa douleur,
Faut maîtriser, absolument,
Le feu envahit les moteurs.

Dans l'avion, c'est la panique,
Les fortunes ne valent plus rien,
L'oiseau se bat, héroïque,
Le voyage va prendre fin.

Prestige voulu par l'Homme,
Concorde est mort un jour d'été,
Il n'aura servi en somme,
Que présidents et fortunés.


Marc GANRY



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Liste des poèmes