Elle est là, fragile et transparente,
Vision d'un monde lavé de l'Homme,
Comme au premier jour que Créateur fit.
Je la vois, éphémère et vivante,
Univers neuf et propre, en somme,
Et tel Adam, je me sens tout petit.


La rosée m'accueille dans le matin,
Don sacré du ciel et de la terre,
Conçue dans les profondeurs de la nuit.
Invitation à plonger dans son bain,
Et à savourer son grand mystère,
Ses gouttes au suave parfum de magie.

Doucement, je pénètre dans sa vie,
Indiciblement, elle m'imprègne,
Son âme m'envahit d'un grand bonheur.
Je l'enlace et l'embrasse à la folie,
La rosée m'étreint, en elle je baigne,
L'amour impossible pour un rêveur.

Demain, j'apprivoiserai la rosée,
M'en ferai une compagne, une amie,
J'en connaîtrai la force et la douceur,
Le secret et la générosité.
Avec elle, je vivrai dans les prairies,
Epousant sa clarté et sa fraîcheur.

J'aime la rosée quand elle s'éveille,
Elle me séduit par tant de pureté,
Et les matins clairs, elle m'ensorcelle.
Puis elle s'en va quand pointe le soleil,
Laissant en moi l'empreinte d'un secret,
Le désir fou de me fondre en elle.


Marc GANRY


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir