Dans le frisson de la ville endormie,
Nuit de peur, de doute et d'immensité,
Les fils de Satan rôdent en ennemis,
Démons qui se fondent dans l'obscurité.


Nuit sournoise dans la froideur du béton,
Cité soumise, vidée de son âme,
Monde fermé aux gardiens de la raison,
Nuit interdite aux sorties des dames.

La lune argentée diffuse sa clarté,
Places et rues goûtent l'instant de répit,
Berlines et coupés luisent de beauté,
A minuit, les autos dorment en épis.

Soudain, tel un serpent qui sort de l'enfer,
Le diable surgit, crachant feu et flammes,
Les brasiers mordent le velours et le fer,
Les tueurs ont fui. Les voitures crament.

Demain sera un jour nouveau dans la cité,
Simple fait divers pour nuit ordinaire,
Un petit rien dans un flash d'actualité,
La routine, dira le commissaire.

Il était un pays appelé France,
Depuis longtemps, il n'a plus d'identité,
Il l'a perdue pour cause de violences,
Juste sanction quand trop d'insécurité.

Quand viendra le temps de la révolution,
Milice rimera avec police,
Oui au bâton, non à la libre expression,
Et l'Homme réinventa la justice.


Marc GANRY


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Liste des poèmes