Deux berceaux pour un coeur d'enfant

ou
"Vignolles" et "La Tâcherie", villages de mes racines
 
"Vignolles"marcovignolle "La Tâcherie"
 
Poète par l'entremise de ma plume, je me laisse aller à la rêverie.
J'explore avec mon coeur d'adulte les avens de ma prime jeunesse
Pour y remonter, trouvailles fécondes, des trésors sans prix,
Des moments de joie et de bonheur mais aussi de peine et de détresse.
 
Je reviens sur la terre de mes berceaux,
Deux villages charentais, gardiens de mes souvenirs et de mes repères.
"Vignolles", où j'ai ouvert les persiennes de ma Vie et devenu un loupiot.
"La Tâcherie", aux airs de vacances chez Grand-père et Grand-mère.
 
"Vignolles", crèche paysanne où le Créateur me fit "taureau".
Où êtes-vous passés, regards d'Antan qui m'avez vu grandir ?
Vous m'apparaissez, visages éphémères d'une époque rétro
Quand je vous recherche dans les strates de mes souvenirs.
 
"Vignolles"... Je n'ai plus d'âge. Une étrange sensation m'envahit.
Mon village natal s'éloignerait-il de mon coeur endurci par les ans ?
Devant la ferme où je vis le jour, je demeure interdit.
Je voudrais tant ouvrir ses portes et revivre mes souvenirs d'enfant !
 
Mes joies d'enfant, oui, quand les petits matins étaient bleus,
Ma grande peine, non, quand Papa est monté au Ciel, tout là-haut.
"Vignolles" à qui j'ai dit au revoir, faute de pouvoir lui dire adieu,
"La Tâcherie", qui m'a accueilli, avec Maman et mes frérots.
 
"La Tâcherie", un autre berceau, un autre quai pour repartir dans la Vie,
Un autre nid chez Grand-père Fernand et de Grand-mère Valentine,
Un autre toit de Vie partagé avec tonton Raymond et tante Annie,
Une autre cour où j'évoluais avec Brigitte, ma petite cousine.
 
"La Tâcherie", j'y reviens souvent, mon port d'attache aujourd'hui.
Mon existence gravée dans les pierres de son coeur
Mes racines, dans le terreau de son âme, enfouie
Le village ou je viens me ressourcer avec bonheur.
 
"La Tâcherie", un décor paysan fortifié par les souches des générations.
Une scène dont les acteurs issus du Terroir peu à peu s'effacent.
Un village en manque d'identité, un coeur de vie en perdition.
Des chaumières, des murs et des pierres, témoins des ans qui passent.
 
Deux berceaux pour mon coeur d'enfant.
Des quatrains de Vie empreints d'une douce félicité.
Une plume qui trempe dans les encriers des sentiments,
Retour sur les racines du poète en pays charentais.
 
Marc Ganry
20 Mai 2015

Ajouter votre commentaire

Ecrire un commentaire en tant qu'invité

0
conditions d'utilisation.

Liste des participants qui ont commenté cet article