L'éditorial

 
 images
L'histoire de France : un espoir de revenir au récit national 

Marc : Qui-suis-je ?

 marco2016
            
           
             

Bienvenue

 logo bienvenue marco
 
          

Evénements

La Plume et le Képi de Marco La Plume et le Képi de Marco Marc a rédigé ses mémoires de gendarme, que nous présentons ci-dessous. &nb... More detail
Au fil de l'Arize - A cœur ou vers Au fil de l'Arize - A cœur ou vers Guy Pujol raconte son enfance dans un livre bucolique qui sent bon le terroir et... More detail
L'AOP Marcillac L'AOP Marcillac  Très belles et généreuses vendanges 2018 qui font suite à une année 2017... More detail
La parade de Noël à Millau La parade de Noël à Millau  Voyage dans la magie de Noël à Millau : un film de Francis Ganry  ... More detail

Lire et écrire le français

Lire, écrire et aimer le français
La langue française est fort complexe quand il s'agit pour un non Francophone de l'apprendre, mais aussi, dans une moindre mesure certes, pour nombre de Français, sans compter ceux qui la maltraitent et la dénaturent. Ceci est bien connu et n'est pas un "scoup" ! D'où vient mon amour de la langue française ? Intuitivement, je me dis que je suis venu au monde avec les fondements de ma langue écrite et parlée déjà gravés dans les strates de mon cerveau. Mais la vraie raison de cette prédisposition n'est-elle pas que dès mon plus jeune âge j'ai été élévé par des parents qui vénéraient les gens qui parlaient et écrivaient bien le français, comme l'instituteur ? En effet, pour eux, cette langue française devait représenter le viatique qui permettait de sortir de la dure vie de paysan. Je n'ai eu, sur les bancs de l'école primaire et secondaire, qu'à en extraire ces prédispositions de mon cerveau d'enfant et à travailler "dur" pour les assimiler et les mettre au service de la lecture et de l'écriture de ce fameux "Français" avec lequel je n'ai pas toujours été en harmonie.
Toujours est-il qu'aujourd'hui, loin de maîtriser toutes les règles de notre si belle langue contenues dans le fameux "Bled" scolaire, je suis devenu un adepte et un défenseur de la langue française que je pratique avec beaucoup d'humilité et de simplicité en appelant à moi les mots courants du dictionnaire. Je me suis mis à jongler avec ces mots, à les faire chanter, danser, pleurer, crier, à les aimer, à les charmer, à leur faire donner du rêve, du plaisir, à leur apprendre le partage, la communion, l'amour, la tendresse. Pour faire court, je les forme à parler de la Vie, cette Vie qui va de la naissance à la mort et surtout je les emploie à transmettre les sentiments et les valeurs, un domaine où ils sont à l'aise quand ma Plume les sollicite. Ces mots viennent à Elle, se regroupent en vers, les vers en quatrains, les quatrains en poèmes voire en textes poétiques. La prose, elle aussi est sollicitée quand le contexte s'y prête.
Ils sont l'expression de mes joies et de mes peines et grâce à eux je grave sur le parchemin "mon livre de Vie" et vous le fais partager à travers mes écrits.
Un livre de Vie avec ses coups de cœurs, ses coups de gueule, ses sourires, ses peines, ses rires, ses larmes, ses bonheurs, ses malheurs, une Vie quasi ordinaire, somme toute, la mienne, celle de ma famille, de mes proches, de mes amis, une Vie qui se joue dans un décor coloré de bleu, de rose mais aussi de gris et de noir.
Pour illustrer mon propos, je vous invite à lire une histoire, arrangée par "la plume de Marco". Une histoire en prose où les règles de la langue française peuvent surprendre... Un cocktail d'humour et de sérieux que je vous offre en toute simplicité.
Bonne lecture
 
31 octobre 2015
La plume de Marco

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

La sélection du mois

Et disez-zou don !

Le temps des Vendanges

Où est-i l'cliqu'tis de nos vieux pressoirs
Qui aux
vendanghes réveillait tôt l'matin?

Fallait coper la treuillée d'la veille au soir
Tirer l'lait, oter bouses et crottin...

Où est le cliquetis de nos vieux pressoirs
Qui aux
vendanges réveillait tôt l'matin ?

Fallait couper la pressée de la veille au soir
Traire les vaches, ôter bouses et crottin...
                                                 
Raymond D.