caladieu
Le jour se lève sur "le Calcadieu",
Berceau d'Amour, dans un écrin de verdure.
La rosée éphémère s'évapore dans les cieux,
Spectacle tout en beauté, magie de la Nature.
 
Le soleil étend son tapis de lumières.
Le ferme, depuis longtemps endormie, se réveille.
Elle ouvre avec bonheur ses lourdes paupières,
Portes et volets plongés dans un profond sommeil.
 
Les bois et les près quittent leur voile de brume.
La chorale des oiseaux chante la renaissance.
Le poète, spectateur, prend sa plus belle plume.
Un petit matin bleu sous le signe de la Providence.
 
"Le Calcadieu", un patrimoine en héritage.
Un corps de ferme où le coq ne chante plus.
Les cœurs et les âmes sont partis, usés par les âges.
Dans l'étable et la bergerie, la Vie a disparu.
 
Des toits et des murs agressés, chargés d'Histoire.
A la table des grands sentiments, les chaises sont vides.
La pendule sans voix à hâte de se mouvoir.
Dans les chambres, les lits sont froids et humides.
 
Eliette s'assoit près de la cuisinière à bois,
Comme elle le faisait quand elle était gamine.
Dans la douce chaleur, elle repense son autrefois.
Son esprit vagabonde dans la ferme de ses racines.
 
Elle voudrait stopper, la ronde infernale des ans,
Revivre ces années ravies par le temps qui passe.
Belles pensées utopiques qui fortifient le présent.
Elle voudrait tant que "le Calcadieu" ne s'efface !
 
"Le Calcadieu", un havre de communion,
Une jouvence pour Eliette et Michel, ses gardiens.
Fontaines d'Amour, de tendresse et d'affection.
Le bonheur, tout simplement, Eliette se souvient.
 
Jardin sacré loin du tumulte et des tourments,
Un coin de Paradis pour pèlerins en villégiature.
Un oasis de plénitude et de ressourcement,
Une parcelle de quiétude, authentique et nature.
 
Marc Ganry 12 Octobre 2016