Portrait de Hussard

                               
Portrait de Hussard (Enregistré automatiquement)Le compteur de l'âge avale les ans
Il les verse aux archives de la mémoire.
Un lieu où je me rends très souvent.
J'y retrouve des souvenirs et des histoires.
 
Je feuillette les pages de ma Vie.
Une photo retient mon regard.
Un portrait de moi, vieux de quatre décennies.
Quand j'ai vingt ans en tenue de Hussard.
 
 Du haut de mes cheveux sexagénaires
La nostalgie me transporte en Alsace.
C'est là-bas que j'ai fait mon service militaire.
Une année donnée à la Patrie par un citoyen bidasse. 
 
Portrait de Hussard (Enregistré automatiquement) 001
Je contemple ce visage aux attraits printaniers.        
La jeunesse est en moi, l'avenir n'est que Lumière.
Je ne sais pas si l'Armée m'offrira un métier.
La Gendarmerie m'irait bien pour y faire carrière.
 
Un cliché patriote de la recrue qui fait son Devoir.
La photo du petit dernier qui s'envole du nid familial
Les larmes d'une Maman qui lui dit un vibrant au revoir,
Un train maudit qui enlève son petit "drôle" par un froid glacial.
  
Douze moi pour apprendre à être un soldat.
Tisser des liens de camaraderie et d'amitié.
Devenir un Homme, découvrir le vraie Vie ici-bas.
Se forger un corps et une âme dignes d'un guerrier.
 
Portrait de Hussard (Enregistré automatiquement) 002
Un sourire à la Vie qui défie son parcours du combattant.
Des yeux qui ont pleuré le Papa pour le ciel trop vite parti
Des persiennes grandes ouvertes pour vivre le présent,
Le portrait d'un jeune pèlerin sur le Chemin de la Vie.
 
La fierté d'un petit fils qui apprit le langage morse,
Comme son papi l'a fait dans les tranchées de la guerre
La réalisation d'un vœu, à coups de conviction et de force.
Je serai gendarme et ferai une longue et belle carrière.
 
 
                                                             Marc Ganry
                                                          20 Novembre 2018
 

Des pandores d’un autre temps

ou
« Histoires de gendarmes connues et reprises poétiquement »pandore
-------------------------------------------------------------------------------
Il est une fois, dans la Maréchaussée,
Un chef qui passe en revue ses gendarmes.
Garde à vous..! Repos..! Au pas cadencé.. !
Une, deux..! Une, deux..! Présentez, armes..!

Pandore à l'école

 
Ma décision fut prise au régiment,
A vingt ans, faut s'engager dans la vie.
J'allais assouvir mon désir d'enfant,
Je serai pandore en Gendarmerie.

Gendarme sous le ciel de PAU

 
Mon képi tout neuf fut comblé.
A force d'avoir travaillé,
A l'école, il fut récompensé.
Elève de grande qualité,
Alliant rigueur et autorité,
Assiduité et ténacité,
Réussite de carrière assurée.

Quand l'enrobé sent la mort

 

Les étoiles, à la porte du soleil ont sonné.
C'est l'été et le temps des vacances,
Destination, l'air vif des Pyrénées,
Elle est déjà loin la Provence.

Le gendarme et les brunes

 
Je vais vous conter une histoire,
Peu banale mais un tantinet humoristique.
Rien que d'y penser, ma plume en rit.
Sur la place d'un village, il y a foire,
Veaux, vaches, cochons, bœufs et biques,
Poules et lapins, tous made in Berry.

Jean-Claude ou « le copain de Pandore »

 

Il était une fois, à Pau...Dix jeunes recrues,
Cuvée « Gendarmes auxiliaires », un tout nouveau cru,
Invitées dans la cité de ce bon roi Henri,
Lieu privilégié pour servir la Mère Patrie.

Il était une fois...C'est une belle histoire 1

 
Partie 1 : « Pandore et la providence »
------------
Il était une fois... C'est une belle histoire,
De bien jolies pages gravées en lettres dorées,
Récits rangés dans le grenier de ma mémoire,
Doux et tendres souvenirs aujourd'hui racontés.

Il était une fois ...C'est une belle histoire 2

 
Partie 2 : « Les copains de Pandore »
-----------
C'était en Février, j'avais vingt-trois hivers.
A la brigade, les képis, parlaient annuités,
Le mien faisait ses premiers pas dans la carrière
Forgé de toute part par le vécu de mes aînés.

Il était une fois ...C'est une belle histoire 3

 
Partie 3 et fin : « Vacances enflammées pour Pandore »
-----------
Il était une fois...Sous le soleil du mois d'août,
Les vacances, pour vivre des jours à ne rien faire
Parcourir les belles provinces qui envoûtent,
Rendre visite à mes copains permissionnaires.

Bon pour le régiment

C'est l'hiver sur le quai de la gare d'Angoulême.
Un froid qui pénètre le corps du jeune homme.
Dans un instant, le train va l'enlever à ceux qu'il aime.
Demain, il sera soldat et portera l'uniforme.

Marcellin ou les mémoires d'un gendarme 1

 
Partie 1 : Portrait d'un serviteur émérite
_______________________

Dans son bureau qui sent bon la cire,
Marcellin rédige ses mémoires ;
De belles pages qu'il doit écrire,
Pour le vieil homme, demain sera trop tard.
 

Marcellin ou les mémoires d'un gendarme 2

 
Partie 2 : Double jeu pour le chef de brigade
___________________________


Dans son bureau qui sent bon la cire
Marcellin rédige ses mémoires ;
De belles pages qu'il doit écrire,
Pour le vieil homme, demain sera trop tard.

Marcellin ou les mémoires d'un gendarme 4

 
Partie 4 : Un nom gravé dans la pierre Sainte à Jérusalem
______________________________________

Dans son bureau qui sent bon la cire
Marcellin rédige ses mémoires ;
De belles pages qu'il doit écrire,
Pour le vieil homme, demain sera trop tard.

Hommage à mon képi

 
Salut, mon vieux compagnon d'arme,
Je viens te causer ce soir, à ma manière,
Tu le mérites bien, foi d'un gendarme,
Et rien que pour toi, ces quelques vers.

Drôle de gendarme

Dans son habit de verre et de métal,
Il attend sa proie, tel un animal.
Les yeux fixes, le corps immobile,
Sans bruit, il chasse l'automobile.

La balade du retraité

 
L'échine courbée par le poids des ans,
L'aïeul promène son corps, pas à pas.
Il savoure ce matin de printemps,
Un de plus à noter sur l'agenda.

Dis moi, pandore...

Dis moi, gendarme, que fais-tu donc ?   
Dis moi, pandore, où es-tu donc ?
Sur les routes, je ne te vois plus !
Dans la rue, tu ne me causes plus !

Un pandore à Mauriac

Je l'ai rencontrée, un jour de Novembre.mauriacbasilique
Le gris plombé du ciel la rendait morose.
Elle aurait préféré, sous l'azur, m'attendre,
M'accueillir en son cœur, pour que l'on cause !

Il fallait que je te le dise

 
Depuis des saisons, je voulais te causer.
J'ai laissé du temps au temps, simple recul.
Tu vois, je suis venu, avec la rosée ;
Dans le matin, la fraîcheur me stimule.

Bonjour, Chef

Jour béni, il pleut, il mouille,escargotchef
C’est la fête à la cagouille(*).
Belle matinée se dit l’escargot,
Merci à Dieu pour ce cadeau.