Une drôle de basse-cour !

Il est une fois, en Aveyron, dans un bourg de campagne, une brigade de pandores.
Trois jolies poules viennent d'être affectées dans la basse-cour de cette grande famille. Des poules à plumes avec le statut de fonctionnaires. Les "poulets" à la casquette (le képi, c'est pour mémoire) sont satisfaits de les accueillir. Ils pourront ainsi se divertir, manger des œufs frais et passer avec elles le temps qu'ils ont du mal à combler par le travail !

Un pluriel plutôt grivois !

Il est une fois, un hameau reculé, blotti dans un décor lunaire de la France "profonde". Un tout petit village, pratiquement déserté de ses âmes. Un centre de Vie où les chaumières en ruines ainsi que leurs dépendances attestent douloureusement de sa longue agonie avant la disparition quasi totale du regard de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants qui animaient les campagnes, là ou ailleurs. Un constat amer et un courroux manifeste qui font mal à mes viscères d'Humain normal et qui suscite pour ma Plume de poète, un coup de gueule comme elle sait si bien les écrire !

Mon père, ce poète

Poème de Cyril, l'enfant du Cyclone, mon fils
 
Après une longue carrière rondement menée,
Entre sable chaud et Pays vert,
Tu te retrouves désormais prêt
A partager tes souvenirs en vers.

La Presse en parle...

     Midi Libre du 4 octobre 2015
    Cliquez sur l'icône ci-dessous             
 
midilibre

SALERS, un nom Cantalien, cinq joyaux Cantalous

            salers

Dans un coin de paradis, quelque part en Auvergne,
Un lieu de villégiature pour se refaire une frimousse angélique,
Il y a un village, une liqueur, un fromage, une vache et un gâteau.
Une devinette ! Un même nom pour cinq joyaux, le renom du Cantal !
Un hameau typique à l'Histoire médiévale,
Un nectar jaune, rouge ou vert, pur élixir pour joyeux apéro,
Un fromage travaillé et élevé avec amour, à la saveur unique,
Une vache rustique et fidèle et un gâteau carré ! Voilà de fort belles enseignes !

Quand poésie rime avec confrérie

    Article du lundi 23 juin 2014 
    Cliquer sur l'image ci-dessous
CentrePresseLogo

La souris et le papi

C'est l'hiver qui engourdit.lasourisetlepapi3 Dehors il fait encore nuit.
Papi quitte le lit.
Le petit matin se lève aussi.
L'aïeul a rendez-vous avec sa « souris »,
Une créature sans âme pour satisfaire une envie,
Un plaisir non dissimulé quand il la saisit,
Une impatience quand il enlace son corps allongé sur le tapis.
Un duo, très en vogue aujourd'hui,
Faut vivre avec son temps dit le papi,
Les yeux rivés sur l'écran de l'ordi,
A l'écart des oreilles de la mamie !

Magasine Découverte & Patrimoine

       qui donne une place à laplumedemarco dans le patrimoine d'Aveyron                                     
 
                                marcillacdecouvertepatrimoine

Le fer ou pas le faire au lit !

Il était une fois, un jeune homme de la cité, amoureux fou, qui se rendit chez sa fiancée, de la campagne, amoureuse, itou. L'éloignement entre les deux cœurs faisait que le duo « tourtereaux » ne se voyait que trop peu à leur goût.

Quelle belle langue que la nôtre !

 
Je vous invite à découvrir un très beau poème, à travers une vidéo... Oui, il est tellement beau, qu'il méritait bien une telle parure ! Regardez, et vous comprendrez pourquoi laplumedemarco n'avait qu'une hâte, celle de vous le faire connaître !  Marc
{flv}avoir_et_etre{/flv}
 

Dans le silence du Djebel

 Dans le ton du chapitre "Révoltes et combats" du "Florilège de poèmes" de ce site, voici un article qui prolonge mon poème La-basarticleFrancoisdot
 
Voilà maintenant cinquante ans que se terminait la guerre d'Algérie.
 
Afin que tout ce sang versé, ne sèche pas trop vite dans la mémoire des générations à venir, ce livre qui ne se veut rien d'autre qu'un témoignage et la réalisation d'une promesse faite aux compagnons d'armes de l'auteur est dédié à tous ceux qui jour après jour, opérations après embuscades, coups de mains après exploration de caches, ouvertures de route après escortes, ont eu ce véritable héroïsme de faire au quotidien une guerre pour laquelle ils n'étaient pas faits.
 
Ce récit qui colle aux faits dans ses plus infimes détails, dans ses plus petites descriptions, sur la moindre date, qui relate le chaos de comportements incompréhensibles, part du désir délibéré, à travers le propre vécu d'un 'gars du contingent', de décrire sans rien y ajouter, sans rien en dissimuler, ce qu'à pu être, au travers de la soif, des angoisses, des peurs, des fatigues mais aussi des insouciances et des rires, le vécu de toute une génération d'appelés, participants d'une guerre qui selon le cliché maintenant établi n'osait dire son nom.
 
Parce qu'ils n'avaient que le tort d'avoir vingt ans, ils se sont trouvés plongés dans des combats horribles, impliqués, à leur corps défendant, dans des actes contraires à tout honneur militaire, mais combien rehaussés par leur jeunesse même de faits d'armes de pure bravoure, de folle témérité, de totale générosité, héros inconscients de batailles gagnées et d'une guerre perdue d'avance.
 
Afin que le lecteur puisse visionner le théâtre même des affrontements et s'imprégner de ce qu'a pu être la réalité des combats, chaque chapitre est accompagné des photos prises par l'auteur et un récapitulatif officiel des opérations, toujours classé secret défense, annexé dans le corps de l'ouvrage.
 
Le livre peut être commandé en librairie, sur le site de la FNAC ou sur le site d'AMAZON.  François DAT  10/09/2012

Article dans Centre Presse

       
    Article du mardi 24 juillet 2012  
    Cliquer sur l'image ci-dessous
CentrePresseLogo

Souvenirs de vignes

Souvenirs de vignes

Les vignes de Marcillac sont à l’honneur ici, dans le chapitre Terroir du Florilège de poèmes, et elles sont célébrées par un enfant de Cognac, mon frère Marco ! Nos parents étaient des vignerons du Cognaçais. Mais le privilège de l’âge fait que j’ai des bons souvenirs des vignes de Cognac, des vignes d’antan, souvenirs que je voudrais évoquer ici pour faire pendant, certes symboliquement, aux vignes de Marcillac. En effet, mon enfance des années 50/60 fut rythmée par les travaux viticoles et vinicoles.

Article dans La Dépêche du Midi

Cliquer sur l'image ci-dessous

Un conte de Noël

Un conte de Noël pour Camille, Chloé, Judith, Juliette, Léo, Loan, Luna, Marion et Melissa
 
Il était une chaumière
Aux murs tout couverts de lierre
Seule au milieu des grands bois
Où dahus, loups-garous, étaient rois.