Quand tu seras petite fille

(ou la renaissance d'un papi)
_________________________________
{showcomments}

Marion, ma poupée, quand tu seras petite fille,
Je t'enseignerai le bonheur fait de petits riens.
Tous les deux, nous nous promènerons sur le chemin,
Nous nous assoirons sous l'ombre fraîche d'un chêne,
Et, bercés par le doux murmure d'une fontaine,
Je te conterai des histoires gentilles,
Fidèles romances gravées dans ma mémoire.
Je redeviendrai alors ce tout petit enfant
Tout ouïe aux récits racontés par ma grand-maman.
Je te ferai découvrir les oiseaux et les fleurs,
La mésange et le rossignol qui vocalisent en choeur,
Le lilas qui parfume les matins et les soirs.
Nous surprendrons la biche savourant l'herbe tendre,
L'hirondelle dansera pour toi dans l'azur du ciel,
Les abeilles te confectionneront leur meilleur miel.
D'un rameau de frêne, je t'en ferai un sifflet.
Nous chanterons, toi le refrain et moi les couplets
Tout en faisant cuire des châtaignes dans la cendre.
Je te peindrai toute la magie des quatre saisons,
Le printemps qui habille de vert Dame nature,
L'été quand le soleil brunit les corps et les cultures,
L'automne qui enflamme les forêts et les cœurs,
L'hiver quand la neige pose son voile de blancheur,
De belles aquarelles empreintes d'émotion.
Papi sera le plus heureux, ma fée, ma princesse
Quand nous savourerons tous deux le gâteau de mamie.
Tu es la jouvence qu'attendaient mes cheveux gris.
Le relais de l'âme et du cœur dans cette belle odyssée
Le soleil de la vie que je verrai, chaque matin, se lever.
Qu'ils seront beaux ces instants pour nos deux jeunesses !


Marc Ganry


Illustration : Sous l'ombre fraîche d'un grand chêne

Ajouter un Commentaire