Le tablier de mon aïeule

 
LE TABLIER DE MON AIEULE
Je me souviens de ces vacances à la campagne,
Clichés d'un loupiot libéré un temps de l'Ecole du savoir.
J'aurais bien aimé aussi l'océan ou bien la montagne.
J'allais chez la tante Fernande. Douces images extraites de ma mémoire.
 
Qu’il était beau le village de mes aïeux !
Un hameau "paysan" dont je garde en moi un nostalgique souvenir.
La Tâcherie, avec une âme et un cœur, ceux des besogneux,
Petite bourgade charentaise où je laisse son passé m'envahir.
 
Puisés dans les profondeurs de mon cœur et de mes entrailles,
Il y a des films de mon enfance que je me plais à me remémorer.
Aujourd'hui, mes cheveux grisonnants témoignent, vaille que vaille.
Ils se rappellent de la Tante Fernande que je suis fier d' honorer.
 
Hommage à cette vieille paysanne, les cheveux tirés en chignon,
Le visage gravés par tant de saisons, courbée par le poids de l'âge,
Toujours vêtue de sombre, avec son tablier en toutes occasions.
Un tablier aux multiples fonctions qui vaut bien un arrêt sur images.
 
Ah, ce bon vieux tablier, il répondait toujours présent, jamais de répit !
L'indispensable accessoire dans le "paquetage" de la fermière.
Un morceau de tissu magique et bienfaisant, un formidable outil !
Un fidèle serviteur de tous les instants, un indéfectible partenaire !
 
La mission première du tablier était de protéger la robe en dessous,
Mais c'est pas tout ! Il servait de gant pour retirer le plat du fourneau,
Disponible à merci, quand il faisait office d'essuie mains voire d'essuie tout.
Dans le potager, il servait de panier pour transporter carottes, choux et poireaux.
 
Mais c'est pas tout ! Il faisait le ramassage des œufs dans le poulailler.
A la saison des fruits, il était porteur de prunes, de pommes et de raisins.
Et quand le feu dans la cheminée faiblissait, il soufflait pour redonner vie au foyer.
Quelques fois, il essuyait les bouches salies et dégageait les tarins.
 
Mais c'est pas tout ! Le tablier faisait aussi la poussière dans l'urgence.
Dès fois, pour être plus présentable, mon aïeule en affichait l'envers !
Ah ! Qu'ils sont doux et nostalgiques ces souvenirs de mon enfance.
Le tablier de la Tante Fernande vaut bien ces quelques vers !
 
Marc Ganry
09 Octobre 2018
 
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir