L’Écriture Passeport de l’Expression 2

 
J'aime écrire et comme je le confesse dans le titre, l'Ecriture, c'est le passeport de l'Expression. 
 
J’ai plaisir à me souvenir, à me raconter, à faire vivre ou revivre pour que l’image demeure. Si je suis gentiment taxé de rêveur, de romantique ou d'avoir la tête dans les étoiles, cela ne me froisse pas, car pour trouver un équilibre dans ce monde qui se déshumanise, j’ai besoin de rêver, de retourner à mes racines, d’écrire ce qui est beau, nature et sincère.
 
Ma seule ambition, me faire plaisir et faire plaisir à celle ou à celui qui, dans ce rêve, se reconnaît.
 
 
Ecrire pour être

Au gré des saisons, les ans s’écoulent,
Des belles années offertes au temps,
Des jours de brise, des jours de houle,
Des matins souriants, des soirs pleurants.
 
Un cœur teinté d’azur, des fois gris noir,
Un regard d’enfant trop vite grandi,
Nuits de rêves et nuits de cauchemars,
Corps livré dans l’arène de la vie.
 
Une existence bordée par l’amour,
Héritage de papa et maman,
Un don sacré reçu depuis toujours,
Légué par père et mère à leurs enfants.
 
Un artisan des mots, made in France,
Amant déclaré de dame Nature,
Naufragé dans un monde en mouvance,
Petite plume vouée à l’écriture.
 
Des quatrains gravés à l’encre du cœur,
Simple expression, écrire pour être,
Des rimes et des vers empreints de bonheur,
Mots simples pour qu’aucun ne s’empêtre.
 
Un poème limpide comme l’eau,
Parfumé d’amour et de tendresse,
Des mots qui chantent le vrai et le beau,
Des phrases pour crier la détresse.
 
Ecrire pour être, saine devise,
Des pages qui resteront mémoire,
Et qu’importe si elles ne se lisent,
Elles sentent bon la vie et le terroir.
Poète, qui es-tu ?

Je suis le marin de mes poèmes,
Je parcours les flots de ma mémoire,
Une longue odyssée d’où je ramène,
Pêche féconde, de belles histoires.
 
Je suis le gentil berger de mes mots,
Ils sont là, tout joyeux dans ma tête,
Batifolant de la plume au dico,
Impatients d’être élus par le poète.
 
Je suis le boulanger de mes quatrains,
Je pétris le levain de mon inspiration,
Un grand bonheur dans le petit matin
Quand croustillent les vers de la passion.
 
Je suis le musicien de mes rimes,
Je fais chanter les mots, c’est magique,
Les pieds s’agitent, les doigts s’animent,
Ma plume danse, c’est fantastique.
 
Je suis le bon cafetier de mes vers,
Je vous les offre, cadeau du patron,
Présents du cœur, simples et sincères,
Pure expression d’une âme d’Aveyron.
 
Je suis l’infirmier de l’écriture,
J’accoure pour soulager ses douleurs,
Mission difficile, je vous jure,
Le mal progresse, c’est un grand malheur.
 
Je suis le clown qui rit et qui pleure,
Sur la piste, je fais mes numéros,
Le public applaudit, un grand honneur,
Je reviendrai jongler avec les mots.
 
                                                                                                                                                                     Marc Ganry
                                                                                                                                                                2 septembre 2019

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir